COVID-19: obtenez des renseignements sur le droit et les services juridiques sur JPP

Pour modifier la taille de la police:

Zoom

  • Increase
  • Decrease
  • Normal

Current Zoom: 100%

La violence familiale subie par une femme qui est parrainée par un(e) époux(se), un(e) conjoint(e) ou un(e) partenaire

Language
Étape 1 : Sélectionner une langue Étape 2 : Sélectionner un mode de présentation
Support, format, type de publication

Retrait de parrainage

Un répondant ou une répondante peut, en tout temps avant que la demande de parrainage soit tranchée, informer IRCC de son désir de retirer son parrainage. L'auteur(e) de la violence – l'époux, l'épouse, le conjoint, la conjointe, le ou la partenaire – peut dire à IRCC que la relation n'était pas authentique ou que la femme parrainée n'a pas dit toute la vérité dans le cadre de sa demande. IRCC peut alors décider de faire une enquête, ce qui peut mener au renvoi de cette femme et à son interdiction de revenir au Canada avant 5 ans.

Autres types de statut ou absence de statut

De nombreuses femmes se trouvent au Canada sans y détenir le statut de résidente permanente. Ces femmes peuvent détenir un statut temporaire. Par exemple : elles peuvent avoir un permis de travail ou un permis d'études; ou elles ont pu obtenir l'autorisation d'entrer au Canada comme « visiteuse ».

Certaines femmes peuvent se trouver au pays comme demandeures d'asile. D'autres ont pu demeurer au Canada après l'expiration d'un statut temporaire.

Si une femme a un statut temporaire, ou est sans statut, et qu'elle veut demeurer au Canada en permanence, elle devrait obtenir des conseils juridiques afin de connaître les possibilités qui lui sont offertes.

Si une femme n'est pas certaine du statut qu'elle détient auprès des autorités canadiennes de l'immigration, elle pourra avoir besoin d'une assistance juridique pour le préciser.